Ma Voisine.

Publié le par Jayos

Chère madame,

 

Je n’ai pas cherché à connaître votre nom, peut-être connaissez vous le mien. Mes horaires font que je ne connais pas vraiment mes voisins mais nous nous sommes rencontrés. C’était un matin, un peu après cinq heures. Je rentrais du travail et vous partiez de chez vous.

 

Il faisait nuit, comme il est de coutume à cette heure et nous habitons tous les deux au fond d’une petite ruelle de certains qualifieraient de coupe-gorge. J’étais tout de noir vêtu et j’approchais dans l’ombre. Vous étiez en train de fermer votre porte, dans le halo de lumière de la lampe à détecteur de mouvement qui surplombe nos deux entrées de logement. J’ai probablement du vous surprendre. J’en ai conscience. Je n’ai pas eu le temps de vous saluer lorsque vous vous êtes aperçue de ma présence.

 

Je vous adresse cette lettre, madame, pour vous expliquer que ce matin là vous m’avez profondément blessé. En effet, effrayée par ma soudaine apparition. Vous avez eu le réflexe, qui en d’autres circonstances peut s’avérer salutaire, de me donner un grand coup de pointard à la Zizou dans le tibia. Sous la douleur, le me suis plié en deux pour porter les mains à ma jambe meurtrie. Vous avez enchaîné avec un magistral coup de sac à main fouetté derrière le crâne. Je vous ai crié que j’étais votre voisin. Qu’il ne vous était pas nécessaire de frapper de nouveau. Vous avez eu un petit regard dédaigneux. M’avez signifié que j’aurais mieux fait de m’annoncer (point sur lequel je ne puis qu’être d’accord avec vous), avez fini de fermer votre porte et vous en êtes allée, la démarche altière et le nez au vent.

 

Il me vient tout à coup une question : pourquoi avez-vous une brique dans votre sac à main madame ?

 

Vous m’avez blessé, madame, je vous le répète. Non dans ma chair car au final, il n’y avait pas grand mal mais dans ma fierté, de mâle, elle. En effet madame, comprenez mon désarroi. Je suis muni de ce qu’on appelle une stature imposante. De ce que certains de mes collègues, en référence à Audiar et ses Tontons flingueurs, appellent « une présence tranquillisante ». Je porte l’uniforme maintenant depuis onze ans et comme la plus grande partie de mes collègues, j’ai connu la jungle de la région parisienne. Je pratique le Karaté de façon plus qu’assidue, cet art martial étant pour moi une véritable passion, depuis presque autant de temps.

 

Vous comprenez maintenant, j’imagine, que me faire mettre minable par une petite bonne femme de l’âge de ma mère et m’arrivant à peine à l’épaule est particulièrement décevant pour moi.

 

Bien à vous, madame, votre réflexe fut le bon mais puissiez vous ne pas faire trop de victimes.

 

 

 

Ceci n’est pas une histoire vraie, mais elle aurait pu. Elle m’est inspiré de l’unique rencontre que j’ai eu avec ma voisine, où j’ai lancé un « N’ayez pas peur, madame, je suis votre voisin. » avant de sortir de l’ombre. Mais allez savoir comment tout ceci aurait pu se passer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nefereth 01/02/2010 15:04


Nom d'un petit bonhomme! Pour un peu j'aurais dit "mince jayos nous fûmes voisins un jour?" tellement cette histoire peut se rapporter à un comportement qui est complètement le mien... j'agis... je
réfléchi ensuite :-) et encore!!

excellentissimes historiettes, bien tournées..si proches de la réalité bien qu'inventées pour les textes et sont, plus que certaine, écrites sur des bases bien réelles j'en suis persuadée,
quoique!! vui tu a du talent mon jayos, c'est indiscutable...


Jayos 01/02/2010 15:25


Merci d'avoir pris le temps de me laisser ces quelques mots Nef, c'est très aimable à toi. :)

A part cette histoire ci, elles sont toutes réelles. Certes, parfois quelque peu enjolivée pour les rendre plus intéressantes à lire, mais les faits sont toujours vrais. Part contre, je ne les ai
pas toutes vécues. Elles viennent toutes de la mémoire d'un flic mais pas forcément de la mienne.

Bisous, à bientôt!


BBK.mel 05/10/2008 12:49

Ah non, contrairement à ce que dit marie poppins dans le commentaire précédent, je me ferais connaitre de tous mes voisins à ta place. Bon moyen de pouvoir sympathiser avec la voisine et d'éviter un prochain coup de brique !!

Jayos 05/10/2008 17:53



J'avais songé à porter un casque pour rentrer chez moi mais il est vrai que ta solution se tient aussi.

A bientôt!



Marie Poppins 05/10/2008 12:37

Je découvre ton blog avec beaucoup de plaisir. Tu devrais inviter ta voisine pour la journée de la Fête des Voisins...

Jayos 05/10/2008 17:42


Ca existe ça? Soit ce n'est pas encore arrivé dans ma campagne, soit il faut vraiment que je me sociabilise plus que je ne le fais.

En tout cas, merci de passer par là et merci de t'arrêter me laisser quelques mots, c'est très aimable.


Larry 04/10/2008 14:53

Magistral, oui.
Comme tous les petits bijoux de ce blog.
On rit, on sourit, on frémit,on a la boule à l'estomac, bref la lecture de ce blog offre de l'humanité et du plaisir.
Bravo. Encore !
(mais c'est mieux quand c'est presque vrai ;-))

Jayos 05/10/2008 03:42


Merci Larry, ces quelques mots me vont droit au coeur.


Elhana 04/10/2008 00:49

Magistral, encore une fois... Stature imposante, hein?

Jayos 04/10/2008 05:28


Je tiens plus d'Obélix que de Stalone mais il y a quand même un beau bébé comme on dit par ici.